news

L’escale de Fleur de Passion à Buenos Aires, du 13 au 22 octobre, a suscité de la part des média locaux mais aussi nationaux un intérêt croissant pour ce voilier suisse

et ce tour du monde sur les traces de Magellan qui, ici comme ailleurs, ont frappé l’imaginaire. Au fur et à mesure que l’information s’est propagée par le bouche à oreilles et sur les réseaux sociaux, selon laquelle le skipper qui allait prendre le relai de l’expédition était argentin, les sollicitations se sont multipliées pour visiter le voilier et interviewer l’équipage: sollicitations médiatiques mais aussi de la part de toute la - nombreuse - communauté nautique, qu’il a fallu gérer jusqu’à la dernière minute. Plusieurs télévisions sont également venues saisir les derniers préparatifs et le départ à proprement parler, jeudi matin.

L’arrivée au Yacht Club Argentino, mardi 13 octobre, avait certes été plus discrète. Quoique l’amarrage de Fleur de Passion à quai dans un trou de souris de la marina avait déjà constitué un sacré spectacle! Mais très vite, le ton a été donné de cette semaine argentine au tempo crescendo. Dans l’un des salons du club, une conférence de presse s’est déroulée dans les jours qui suivent en présence de l’Ambassadeur de Suisse en Argentine, Hanspeter Mock, du « quasi » commodore du club (seul candidat à la fonction, il devait être intronisé la semaine suivante…), Juan V. Tedin, du vice-président de la Fondation Pacifique, Samuel Gardaz, du skipper de Fleur de Passion Sébastien Schwarz, et enfin de Michel André, partenaire de l’expédition dans le cadre du programme 20’000 sons sous les mers. Et un premier groupe de média ainsi que de membres du YCA (prononcez « IKA ») a pu découvrir avec enthousiasme, et manifestement aussi une dose d’incrédulité, cette expédition suisse arrivée en Argentine sans crier gare.

Au cours des jours suivants, ce sont une bonne centaine de personnes de tous âges et de tous horizons qui se sont succédés à bord de Fleur de Passion pour s’imprégner « de l’intérieur » de l’esprit de The Ocean Mapping Expedition et de ses programmes: des Argentins et parmi eux de nombreux navigateurs, des membres de la communauté expatriés dont certains venus en famille (mention particulière à celle qui fut notre plus jeune visiteuse, une petite fille de 18 mois.). Et parmi ces visiteurs heureux comme des enfants d’être à bord, figuraient… des enfants aux yeux pétillants de bonheur d’être pour la première fois de leur vie à bord d’un voilier, et peut-être même d’un bateau!

Vingt élèves d’une classe secondaire de l’école San Marco de Buenos Aires et leurs deux professeurs ont ainsi embarqué lundi 20 octobre. Calmes et tout sages dans leur uniforme bleu, puis gagnés par le plaisir de la découverte et l’excitation de pouvoir hisser la grand-voile sous la conduite de l’équipage, trois garçons pour la voile et trois filles pour le pic.

Autre moment intense et fort en émotion, la visite à bord de sept jeunes argentins de 15 à 21 ans, et pas n’importe quels jeunes! Avec leurs trois accompagnateurs, ces membres du foyer de Ruca, une communauté de réinsertion socio-éducative située dans la région de Buenos Aires, sont venus humer un peu d’air du large et rencontrer l’équipage avant d’embarquer pour de vrai à bord de Fleur de Passion début novembre pour une semaine de navigation de Mar del Plata à Puerto Madryn. Un large sourire se lisait sur le visage de ces cinq garçons et deux filles qui, il y a peu encore, n’auraient tout simplement pas imaginé une seule seconde embarquer sur un quelconque bateau…

Ainsi s’est déroulée l’escale de Fleur de Passion à Buenos Aires du 13 au 22 octobre. Fidèle à son esprit et à celui de l’expédition, le voilier a pleinement joué son rôle de passerelle entre les continents mais aussi entre les gens, d’espace d’accueil et de rencontre.