Toutes les News

A Tulear, début septembre 2018, l’expédition a accueilli à bord de Fleur de Passion une soixantaine d’enfants de l’ONG malgache dans le cadre d’échanges aussi conviviaux qu’émouvants. Yaiza Santana, la coordinatrice scientifique du bord, raconte cette rencontre avec cet acteur de la société civile locale, comme l’expédition a l’ambition d’en nouer à chaque escale.

« Bel Avenir est une ONG malgache œuvrant dans le sud de Madagascar à travers des projets sociaux en misant sur “l’éducation comme moteur de développement.” Créée il y a 15 ans, elle est basée à Tuléar et mène des activités dans différents domaines éducatifs en faveur des jeunes populations défavorisées de Madagascar: à travers des projets de formation agricole, de soutien au système scolaire ou encore de lutte contre le travail des enfants par le développement d’écoles, d’actions sociales et d’animations artistiques, musicales et sportives.

L'ONG a un foyer social où quarante jeunes filles de différents âges qui ont eu des difficultés dans leur vie, tant au niveau de ressources, de santé, comme de risque de grossesse précoce. Les jeunes filles qui vivent dans le foyer sont scolarisées et en plus d’y disposer d’un endroit où loger, elles apprennent une autre façon de vivre et d'interagir avec leur environnement.

Bel Avenir a ainsi créé une structure qui soutient quelque 30 000 enfants de Tulear et de ses environs. Elle propose des activités quotidiennes pour les enfants qui sont intéressés: Gospel, batucada, capoeira, groupe de musique philharmonique, cirque, etc. Des cours de rattrapage scolaire, d'informatique, de couture, de cuisine, de nutrition et de santé sont également proposés. Certaines de ces activités ont lieu au Centre d'art et musique ou au Cinéma Tropic, un ancien cinéma qui a été rénové par le personnel Bel Avenir. Le cinéma est le lieu de rencontre par excellence de toute cette communauté et tous les enfants peuvent y accéder pour pratiquer ces activités. L’ONG dispose aussi de sa propre école, d’une cantine solidaire et accorde des bourses de scolarisation. Elle gère également un Centre Educatif et Environnemental au nord de Tuléar.

The Ocean Mapping Expedition a entendu parler de cette ONG depuis son arrivée à Madagascar et l’a contactée pour nouer des liens et évoquer la possibilité d’activités communes. Ce premier contact s’est spontanément révélé très prometteur. Il s’est traduit par une visite de l’équipage au bureau et au foyer de Bel Avenir en compagnie d’Emma et de Jonathan, les deux adolescents du bord dans le cadre du programme Jeunes en mer. L’expérience fut très émouvante et enrichissante pour les deux parties et ce premier contact a tout de suite fait naître des idées de projets entre Bel Avenir et l’expédition, dont la première s’est concrétisée de deux manières: une projection du quatrième épisode de la série documentaire et une présentation de l'expédition au cinéma Tropic, et des visites à bord pendant deux jours pour les enfants de l'ONG.

Le 7 septembre, jour de la projection, l’événement a pris une tournure cocasse autant que conviviale: au fur et à mesure que la soirée avançait devant un grand groupe d'enfants et d’adolescents, les passants ont progressivement rejoint la projection, attirés par les images et les histoires de l’expédition: personnes âgées, chauffeurs de taxi, femmes avec des enfants, étudiants, marchands ambulants, etc. Avec l’aide du personnel de Bel Avenir, l’équipage a fait en sorte de traduire la présentation et une partie du documentaire (en français) aux malgaches de sorte que tout le monde puisse comprendre. Première projection du documentaire de l'expédition en Afrique célébrée avec succès!

Les deux jours suivants, nous avons accueilli 60 enfants à bord de Fleur de Passion pour une visite du bateau ponctuée d’initiations à la manoeuvre (hissage des voiles), d’explications des projets scientifiques et d’une foule de questions sur les thématiques environnementales qui s’y rapportent: qu’est-ce que les micro-plastiques? Quels sont leur impacts sur les océans? Que pouvons-nous faire pour améliorer la situation? Qu'est-ce que la pollution sonore? Quels animaux affecte-t-elle? Quels sons émettent les cétacés? Excitation générale, rires, mais aussi concentration et attention soutenue aux questions, bref, les visites ont été une expérience marquante pour tous ces enfants à la fois intéressés et tout heureux de se sentir « à bord » de l’aventure.

Pour l’expédition aussi, cette rencontre avec Bel Avenir a été une belle découverte, une source d’enrichissement inoubliable. Elle a été l’occasion de plonger au coeur de la réalité de Madagascar et faire connaissance avec un bel excellent exemple de la façon de lutter pour améliorer la situation des enfants et adolescents défavorisés.

Bon vent à vous tous de Bel Avenir! Et merci pour ces beaux moments de partage. »

La dessinatrice genevoise sera l’une des participantes à l’exposition « La fabrique du monde », au Forum Meyrin du 5 octobre 2018 au 2 février 2019. L’événement regroupe une vingtaine d’artistes internationaux invités à « s’approprier la cartographie » et à proposer des « cartes uniques, sensibles ou virtuelles » sous forme de dessins, gravures, illustrations, installations, peintures, photographies et vidéos.

« D’un geste, les artistes tissent des récits composites et fabriquent des mondes. S’ouvrent ainsi aux visiteurs des espaces cartographiés, poétiques, ludiques et critiques, ouverts à toutes les lectures et interprétations, des plus intimes aux plus globales », dit encore la brochure de présentation. Avec Mirjana, les visiteurs seront servis…

Celle-ci a en effet réalisé pour l’occasion des aquarelles tout droit inspirées de son séjour à bord de Fleur de Passion en novembre 2017 dans le cadre de The Ocean Mapping Expedition. Elle avait navigué jusqu’aux Moluques, en Indonésie, les fameuses « îles aux épices » objet de la quête de Magellan; et découvert avec étonnement et stupéfaction l’extraordinaire richesse sous-marine de cette région du monde.

En avant-première, Mirjana Farkas a accepté de lever un coin de voile sur son travail… Merci à elle!

Et pour plus d’informations pratiques: http://meyrinculture.ch/evenement/la-fabrique-du-monde

Escale aussi improbable que pleine d’émotion pour The Ocean Mapping Expedition cet été 2018… à Palais, sur Belle-île en mer! L’histoire est la suivante: en août, un des équipages de Fleur de Passion, « hors quart » du tour du monde, convoyait l’autre voilier de Pacifique, le Mauritius, en direction de Camaret dans le Finistère où il est depuis entré en chantier. En route, avec les quelques passagers du bord, l’équipage a fait halte sur l’île bretonne. Il y a été accueilli à la Librairie Liber & Co, ce « bateau-livre » dominant le port depuis les remparts et à la barre duquel Bénédicte et sa fille Catherine oeuvrent avec énergie, grâce et enthousiasme pour tout ce qui touche de prêt ou de loin à la mer.

Là, dans ce décor tout entier de bois et de livres, Sébastien le skipper, Yffick le bosco, Camille le troisième homme, mais aussi Gérard l’éducateur-navigant du programme socio-éducatif Jeunes en mer, également « hors quart » de ses activités habituelles, et même Guy un des passagers très au fait de la Genève de la bande-dessinée, ont raconté à la vingtaine de personnes présentes ce tour du monde dans le sillage de Magellan dont ils sont quelques-uns des acteurs de premier plan depuis le départ de l’aventure en 2015. Sans parler, pour les deux premiers, de leur implication dans la restauration de Fleur de Passion depuis 2007.

Entre film historique (sur la restauration du voilier de 2003 à 2009: https://www.youtube.com/watch?v=CYARlpvaXNA) et dernier épisode de la série sur l’expédition (« Notre île aux épices » https://www.youtube.com/watch?v=lFSJrpbiq6s&t=2s), ils ont manifestement intrigué et séduit leur auditoire par leurs récits vécus de l’intérieur de cette aventure au long cours.

A tel point que rendez-vous est désormais pris pour que le Mauritius, au printemps prochain, refasse escale à Palais pour prolonger les liens ainsi noués entre Suisse et Bretagne, entre gens de terre et gens de mer. En attendant que Fleur de Passion lui-même, au nom d’inspiration littéraire comme le savent celles et ceux qui ont lu Le bateau qui ne voulait pas flotter de l’écrivain Farley Mowat, mouille à son tour à l’abri des rempart au terme de son périple magellanesque.

Merci encore à Bénédicte et Catherine pour leur accueil. Et à très bientôt!

La dernière livraison, n°134, du magazine de l’Université de Genève propose un très bel article sur le programme de monitoring des gaz à effet de serre, mené en partenariat avec le Département F.-A. Forel de la Faculté des Sciences. Le Prof Daniel McGinnis y raconte en des termes passionnants les enjeux de ce programme pionnier et son expérience à bord de Fleur de Passion: aux Philippines fin 2017 lors de l’installation des équipements en compagnie de sa collègue Daphne Donis, puis entre Kuching et Singapour pour y contrôler la mise en route.

Le chercheur d’origine américaine livre et commente aussi les premiers résultats recueillis jusqu’à Madagascar au terme de la traversée de l’océan Indien. Des résultats étonnants autant que sans équivalents, et dont certains soulèvent plein de questions. Passionnant!

Le magazine est disponible gratuitement dans les différents espaces de l’Université, ou en ligne sur https://www.unige.ch/campus/files/1215/3615/1612/Campus134_WEB.pdf.

Un grand merci à la rédaction du magazine pour avoir contribué à la vulgarisation vivante et pointue à la fois d'une problématique ô combien complexe.

Ça y est, le compte-à-rebours est enclenché pour The Ocean Mapping Expedition! En ce vendredi 7 septembre 2018, l’expédition est en effet entré dans sa dernière année avant son retour à Séville, le vendredi 6 septembre 2019.

Après sa remontée du Guadalquivir, Fleur de Passion s’amarrera alors au quai situé devant l’aquarium, là-même d’où il s’est élancé un certain 13 avril 2015 pour son tour du monde dans le sillage de Magellan.

Horaire prévu de ce retour quatre ans et demi plus tard: aux alentours de 10h du matin - le timing est encore à préciser en fonction des heures d’ouverture des écluses et autres ponts sur le fleuve - de manière à ce qu’un maximum de celles et ceux qui ont accompagné, suivi et même participé à l’expédition puissent être présents et accueillir le voilier. Et participer à la semaine de festivité qui marquera l’achèvement de cette aventure au long cours. Programme à suivre.

Alors sans attendre, tous à vos agendas! Et rendez-vous à Séville le 6 septembre 2019!